Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on mai 1, 2015 in Cinéma, PACA |

120 ANS DE GAUMONT

120 ANS DE GAUMONT

Gaumont 120 ans;

Le cinéma doit à Alice Guy ce que les travaux de radium doivent à Pierre et Marie Curie.

Alice Guy est la Première Dame de l’image, son imagination, son génie l’a faite s’ intéresser aux images successives jusqu’à la confection des premières pellicules

de films. La présence et les travaux de Alice GUY dans la Société Léon GAUMONT en 1895, fait d’elle, une pionnière des premières pellicules.

Chez GAUMONT, les premiers cinématographes sont en création.

Alice GUY devient la première Metteur en scène.

Il existe une pénurie importante concernant les oeuvres, les appareils, les courriers  de Alice GUY, qui était une jeune femme ingénieuse et innovante.

Alice GUY a consacré 20 ans de sa vie pour le cinéma européen et américain.

Le hasard du calendrier a voulu que Alexandra LAMY vienne à la CIOTAT pour son dernier spectacle, la venus phacochère, au Théâtre du GOLFE à quelques mètres du premier cinéma mondial, le Théâtre de l’EDEN, en bord de mer à la CIOTAT.

Une jolie date, le 30 MARS 1895  ; Le cinéma a 120 ans !

PHO1f5d91cc-2ea8-11e3-a549-06e145f065eb-805x453

L’invention du cinéma par les frères Lumière

Lorsque Louis Lumière entreprend ses recherches, d’autres appareils reproduisant le mouvement de l’image existent déjà. Il analyse les qualités et les défauts de chacun des systèmes proposés pour concevoir son Cinématographe.

Louis Lumière fabrique un outil maniable puisque l’ancêtre de la caméra permet à la fois de prendre des images, de les développer et de les projeter dans une salle obscure, sur grand écran.

Le Cinématographe

Le 30 mars 1895, les deux frères déposent le brevet de leur invention et donnent alors le nom de « cinématographe » à l’appareil.

Durant l’été 1895, Louis met la touche finale au fonctionnement de l’appareil en réalisant de nombreux tournages à La Ciotat.

Dont le premier film : « L’arrivée du train en gare de la Ciotat ».

S’ensuivent quelques projections expérimentales à l’intention d’un public scientifique (Neuville-sur-Saône) ou privé (La Ciotat) mais la première projection payante du Cinématographe a lieu le 28 décembre 1895 au Salon Indien du Grand Café, à Paris, devant 33 spectateurs, dont Méliès. Le programme propose ce jour-là dix films

d’1 minute dont La sortie de l’Usine Lumière à Lyon, La Pêche aux poissons rouges, L’Arroseur arrosé, Le Repas de bébé, La Mer (Baignade en mer).

Contrairement aux idées reçues, le film L’arrivée d’un train en gare de La Ciotat, ne fut projeté que lors de la 2ème séance.

L’enthousiasme des spectateurs est tel que bientôt des files d’attente se pressent devant cette nouvelle attraction. Pour développer son exploitation,

la famille Lumière fait appel à des opérateurs qui partent tourner des images dans le monde entier.

Martina BERNARDI