Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on août 2, 2014 in consommation economie |

CONSOMMATION – ECONOMIE

CONSOMMATION – ECONOMIE

AQUA NATURA

Malgré son nom italien : EAU NATURE

Cette société au capital de : 5 millions d’Euros emploit et développe son moyen de commercialisation à travers le monde.

Ce n’est pas une question de mode que de vouloir manger et boire sainement, cela garantit notre capital santé.

A l’ère où nous avons le choix de savoir bien se nourir, nous pouvons choisir les aliments qui feront notre assiette

et surtout l’eau que nous buvons.

La raison principale est de pouvoir boire une eau totalement pure.

Ainsi, que vous soyez commerçant, particulier ou revendeur,

La personne à contacter :

Monsieur Marc LENOBLE : 06 24 47 18 42

 

AQUA NATURA 1 001AQUA NATURA 2 001AQUA NATURA 3 001

 

Les français optimistes

A l’’heure où une majorité de Français ne ressentent pas d’’amélioration de la situation économique française et ne font majoritairement pas confiance

au gouvernement pour améliorer la situation, je tiens à rappeler que la France a de nombreux atouts qu’’il convient d’avoir en tête.

J’’ai une conviction. Ce n’’est qu’’en étant optimiste que nous réussirons à les valoriser pour libérer leur potentiel.

Une série de chiffres publiée me conduit à mesurer l’immense potentiel de notre pays à qui je dois beaucoup parce qu’’il m’a permis de réussir.

C’’est donc avec volontarisme mais sans excès d’optimisme, que je pense possible de sortir ensemble de l’’océan de morosité

dans lequel nous baignons depuis trop longtemps.

  • La France est la 5e puissance économique mondiale
  • La France est le 4e investisseur économique mondial à l’étranger
  • La France est le 5e exportateur mondial
  • La France est la 6e destination mondiale des investissements directs étrangers
  • La France est la 2e place boursière d’Europe
  • La France est la 4e puissance agricole du monde
  • La France est la 1ere destination touristique mondiale
  • La France a l’une des 4 métropoles mondiales
  • La France a le système social le plus performant du monde
  • La France a une langue parlée sur les 5 continents
  • La France est le 5e pays d’’accueil des scientifiques et des étudiants
  • La France est le 3e pays d’’accueil des doctorants
  • La France est la 2e meilleure place où vivre et investir
  • La France est le 2e pays le plus peuplé d’’Europe
  • La France fournit 3% de la richesse mondiale
  • La France est l’’une des économies du monde les plus ouvertes
  • La France est le 6e exportateur de biens
  • La France est le 5e importateur de biens
  • La France est le 4e exportateur de services
  • La France est la 6e puissance scientifique mondiale en termes de publications et en dépenses intérieures de R&D
  • La France est le 3e marché mondial du capital-investissement

La France que je vis a des atouts inestimables. Dès lors comment accepter qu’’elle reste victime de ses contradictions ? Je suis convaincu que ses atouts précieux

peuvent lui permettre de ne plus souffrir de ses fantasmes. Elle fantasme trop de la success-story américaine au milieu de la « cool mais idéalisée »

Silicon Valley mais elle fantasme aussi trop sur le paysage industriel allemand « rempli mais surestimé » d’’ETI performantes et exportatrices qu’elles lui envient.

La France que je vis souffre par ailleurs d’un trop plein d’’acteurs isolés. Chaque ministère avec ses administrations et chaque collectivité agit de son côté.

Lançant leurs propres initiatives sans même prendre en compte celles des autres. Ils agissent au final inefficacement au détriment d’’une lisibilité qui serait salutaire pour nos entreprises et leurs créateurs. Ce mille-feuille d’’interlocuteurs, cette profusion de labels et d’initiatives désordonnées est un handicap dont la France souffre.

Enfin, la France manque de 3 milliards d’euros par an pour financer ses entreprises innovantes. Résultat de ce déficit crucial ? Non seulement, la France est incapable de créer de nouveaux champions nationaux et internationaux en misant sur les projets de ses porteurs de projets mais elle est surtout incapable de créer des emplois qui permettraient de surmonter son fléau du chômage.

Les startups américaines ont créé plus de 5 millions d’emplois par an sur la période 1995-2013.

Peut-on s’en priver ? Je ne le crois pas. Inspirons-nous en car…

… c’’est donc en faisant confiance aux entrepreneurs que nous renforcerons la capacité de notre pays à relever les défis qui se posent à lui et à entamer

avec optimisme une transition vers le XXIe siècle !

  Par Guillaume Cairou

Restauration :

La mention « fait maison » est entrée en vigueur

le 15 juillet 2014 - 15/07/2014

Logo de la mention « fait maison »

Carole Delga, secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, de la Consommation et de l’Economie sociale et solidaire, se félicite de l’entrée en vigueur le 15 juillet 2014 du décret d’application de la loi Consommation, relatif à la mise en place d’une mention « fait maison » dans les établissements de restauration commerciale ou de vente à emporter de plats préparés.

 

Logo de la mention « fait maison »

 

La mention « fait maison » a un double objectif : mieux informer les consommateurs et valoriser le travail des restaurateurs et leurs savoir-faire. Elle est une des mesures de la loi Consommation du 17 mars 2014.

Facile à identifier grâce à un logo aisément reproductible à la main, le mention permet de mettre en valeur les plats élaborés sur place à partir de produits bruts.

Carole Delga

« Le secteur de la restauration, de l’artisanat et du commerce de bouche représente 1 million d’emplois et 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires. C’est également le cinquième secteur pourvoyeur d’emplois en France. Pour valoriser tous ces professionnels et renforcer l’attractivité de notre gastronomie, nous mettons en place la mention du « Fait maison », première initiative du type en Europe.

Il faut reconnaître la cuisine faite sur place, le savoir-faire et le temps qui lui a été consacré ; les promouvoir et les encourager !

Il faut aussi clarifier les différentes mentions qui figurent sur les cartes ; le consommateur ayant du mal à s’y retrouver. Le « fait maison » est une mention définie par décret, avec des règles du jeu stables et un même logo. Facile à comprendre, elle concerne tous les restaurants, de la petite table familiale de quartier, du bistrot jusqu’au très grand restaurant. »

Le « fait maison » est complémentaire avec le titre Maître-restaurateur

La mention « fait maison » est la première marche vers la valorisation globale de notre gastronomie. Garantissant un geste culinaire, elle vient compléter efficacement le titre de Maître-restaurateur, qui répond, lui, à des critères plus larges sur l’ensemble de l’établissement : produits frais et de saison, approvisionnement de proximité, qualité du cadre et du service, etc. Ces deux dispositifs sont complémentaires, ils s’inscrivent dans une dynamique de qualité et de transparence permettant de valoriser l’ensemble du secteur et de mieux informer chaque consommateur.

Une mention obligatoire pour tous les professionnels

A compter du 15 juillet 2014, la mention « fait maison » doit apparaître pour tous les plats cuisinés entièrement sur place à partir de produits bruts sur les cartes des restaurants et traiteurs. Cette mention est obligatoire pour tous les professionnels du secteur.

A partir d’une démarche volontaire, sans procédure de labellisation, la mention « fait maison » sera contrôlée à posteriori par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), dans le cadre de ses contrôles habituels des établissements. Les professionnels ont jusqu’au 1er janvier 2015 pour se mettre en conformité.

 

LES GLACES

P1110980

Rafraîchissantes, agréables plus en été que hors saison, nous aimons les bonnes glaces.

Difficile à trouver. Les glaces dites « artisanales » ne le sont pas toujours.

Ainsi, vous irez davantage à la recherche d’un glacier (inutile de rajouter véritable).

Vous trouverez très facilement des glaces ordinaires à prix élevés.

Considérez que : 2 € la glace dite « italienne », dans un cornet simple : C’est CHER ! Surtout pour ce que vous mangerez, c’est à dire : Du goût, de la couleur.

Si vous promenez sur le port de TOULON, tournez la tête devant les marchands de glace. Ainsi, vous n’aurez pas de torticolis à fixer la glace illusoire, surtout si vous remarquez que les machines desdits glaciers se trouvent à l’extérieur… OUF ! Tournez la tête et marchez très vite !

Les bactéries se multiplient sous l’effet de la chaleur, surtout, n’imaginez pas ce que vous évitez en vous passant l’envie d’une glace en allant dans le supermarché le plus proche ! Sans compter la visite chez votre médecin traitant…. Vous évitez le pire.