Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on nov 8, 2013 in Evenements nationaux |

Luc PLAMONDON

Luc PLAMONDON

plamondon0088

Interview
Luc Plamondon …..
A Paris, la rencontre a eu lieue pour le 1er Festival Internationaldu Film et de la Mode. Pour la première fois, le Jury attentif devait départager les films en compétition pour un cinéma qui unissait les costumes et la mode.Luc Plamondon sérieux et ponctuel malgré les diverses manifestations d’actualité parisiennes et nationales.
plamondon-ici
Luc PLAMONDON, membre du jury du premier Festival International du Film, Costumes & Modes (Espace P.Cardin à Paris), nous explique comment a-t-il orienté son choix:

MB:Votre choix était-il le même que l’ensemble du Jury ?

“Il s’agit d’une sélection internationale où il faut élire, le film, mais aussi les costumes et mode. Donc, notre choix s’est naturellement porté sur Kamikaze Girls qui a réuni l’ensemble du Jury”.

MB: Il s’agit d’un film phénomène de mode japonaise où l’on a pu véritablement décrire cette mode atypique qui ressemble à une lolita-rococo française.

Pensez-vous qu’il existe une déclinaison européenne de cette mode ? :

“Le cinéma a souvent influencé la mode, nous verrons bien dans les mois qui viennent si les européennes suivent l’idée nippone”.

MB: Lorsqu’on pense à vous, on ne peut s’empêcher
de penser à la Comédie Musicale Starmania. Ce qui paraissait avant-gardiste, quasi utopique il y a presque 28 ans, est tout à fait d’actualité aujourd’hui :

“La révolte et la violence sont malheureusement parmi nous au quotidien. Ce que l’on avait imaginé pour Starmania, on le vit tous les jours”.

MB: Ainsi, des émissions comme Staracadémy, The Voice… Aujourd’hui, tout comme Starmania hier, le transfert pourrait s’effectuer quelques années après :

“La jeune fille rêveuse d’une carrière dans la chanson ; Elle est la même d’hier et aujourd’hui”.

MB: Vos projets, quels sont-ils aujourd’hui ? :

“L’adaptation de Starmania au cinéma. Probablement sur les écrans pour les 35 ans de Starmania. Ce serait le plus beau des hommages”.

 

Par Martina BERNARDI