Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on nov 8, 2013 in TOULON et ses environs |

Dany BOON

Dany BOON

« BIENVENUE CHEZ LES CH’TIS « Un film de Dany Boon
Avec Dany Boon,
Kad Merad et Zoé FélixRencontre avec Dany Boon

Sortie du film le 27 Février 2008

Voici l’histoire d’un couple de « sudistes », où Philippe est Directeur de Poste à Salon de Provence.

Il est marié à Julie, une femme au tempérament dépressif. Pour satisfaire à ses attentes, Philippe va tenter de mentir pour obtenir un poste à Sanary…

Par sa maladresse, il est démasqué et sera muté à Bergues, un endroit glacé et peuplé de rustres.

Vous l’aurez compris,  un film sur « les clichés » que nous avons sur les gens et la région du  Nord Pas de Calais. Le tout, dans un film de franches rigolades du nord au sud.

Un film dédié à ses parents et amis de ses parents.

Voici donc, après la « Maison du Bonheur », le deuxième film de Dany Boon où vous reconnaîtrez quelques uns de ses sketches, il raconte la vie des gens qu’il aime, de toute sa région et de son Village.


MB : 
Pour le film, vous avez appris à jouer du carillon  ?  Interview de Dany Boon:

DB : Je joue du piano, et jouer du carillon est un peu la même chose puisque c’est le même clavier, seul le son change.

MB : Vous nous faites retourner à vos sources ?  

DB : J’ai voulu un film comme je l’ai vécu dans mon enfance. Un film qui montre les gens de ma région, de ma famille, comme Adalbert, mon oncle, des gens somme toute qui ne sont pas bien servis au cinéma. Nous avions plutôt l’habitude de voir au cinéma des films sur les Mineurs, des familles touchées par le chômage. J’ai vraiment voulu montrer autre chose sur ma région. Comme par exemple, la générosité des gens, le partage, et le bonheur de vivre.
MB : Comment définiriez-vous les gens de votre région ? 

DB : Un jour quelqu’un m’a dit : « Tu montres des gens simples ». C’est exactement ce que l’on retrouve dans mon film. A l’inverse de certains films américains, on peut retrouver dans l’humour, des gens simples qui nous ressemblent .
MB : On dit que les gens du Nord Pas de Calais sont très accueillants, est-ce une légende ? 

DB : La scène où les habitants aménagent Kad Mérad pourrait être réelle. J’ai déjà vu des habitants porter secours aux nécessiteux. Un jour, j’ai vu mon père nous ramener quelqu’un chez nous et lui donner ce dont il avait besoin en nous disant : « Il a moins que nous ». Et du fait, on trouvait ça tout-à-fait normal de lui donner ce qui lui manquait.
MB : Comment s’est déroulé le tournage du film ? 

DB : La plupart étaient des gens que je connaissais enfant. Je revenais chez moi. J’allais en « repérage » autour et dans les maisons. Tout s’est parfaitement déroulé dans une bonne ambiance.
MB : Comment Kad Merad a su apprendre l’accent de chez vous ? 

DB : Au moment du tournage, Kad Merad a retenu notre langue en une seule prise ! Il était parfait et amusant. Parler Ch’tis revient à la mode, on l’entend souvent.
MB : Votre mère dans le film est Line Renaut. N’est-elle pas trop âgée pour être votre mère ? 

DB : Si je calcule bien, Line Renaut m’aurait eu après quarante ans, non, je pense que c’est acceptable, elle m’aurait eu un peu tard, même si en réalité ma mère est plus jeune.
MB : Existe-t-il des scènes que vous avez coupées dans le film ? 

DB : Oui, il y en a eu plusieurs. Dans le cinéma, on tourne. Après, le tournage, c’est là que l’on voit ce qui va ou ne va pas.
MB : Laquelle avez-vous supprimée ? 

DB : Une scène tournée avec Michel Galabru. Une fois tournée, selon moi, elle était hors sujet. Je l’ai levée. Sans aucun regret de l’avoir coupée.
MB : Michel Galabru a t-il accepté facilement la parution dans votre film ? 

DB : Au moment de ma demande, Michel Galabru m’a fait savoir par son Agent qu’il n’était pas disponible à ce moment-là. J’ai donc insisté auprès de lui. Michel Galabru a tourné d’une seule prise cette scène magnifique qui lui va à merveille. C’est un homme brillant.

 

 

Martina Bernard

dboon1dboon2i