Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on nov 8, 2013 in TOULON et ses environs |

Michèle LAROQUE

Michèle LAROQUE

 

« ENFIN VEUVE  »

Un film d’isabelle MERGAULT
Avec Michèle LAROQUE,
Jacques GAMBLIN

Rencontre avec Michèle LAROQUE
(Janvier 2008)

Nous reconnaîtrons dans ce film, les paysages varois qui nous sont si familiers: Sanary sur Mer, Saint Mandrier, La Seyne sur Mer, le Brusc ….

« Enfin veuve » est l’histoire d’une jeune femme bourgeoise mariée qui cache une liaison amoureuse.

Son mari décède brutalement d’un accident de voiture.

Pris de bons sentiments, sa famille entière ne la quittera pas jours et nuits, l’empêchant ainsi de suivre l’homme de sa vie.

Il s’agit du deuxième film de Isabelle MERGAULT qui ne peut laisser personne indifférent.

Rencontre avec Michèle Laroque au Cinéma Pathé Liberté TOULON


MB : 
Combien de temps a duré le tournage ?  Interview de Michèle Laroque:

ML : Au total dix semaines. De Mars à Mi-Mai 2007. Cela m’a été fort agréable de travailler ici, et de voir la mer tous les jours .

MB : Dans quelles conditions s’est déroulé le tournage ?  

ML : Chaque jour était une fête. Isabelle MERGAULT met à l’aise. C’est une Comédienne qui a un vrai talent et qui aime les Acteurs, et met les femmes en valeur.
MB :Comment, selon vous, peut être ressenti ce film ? 

ML : Il s’agit d’un film de comédie romantique. Ce qui compte, c’est l’émotion que l’on ressent. Les gens rient et sont émus en même temps. C’est très émouvant quand on voit les gens rire et pleurer aussi. L’humour, c’est une grande pudeur qui cache une certaine sensibilité.
MB : C’est aussi un film sur le mensonge au quotidien ? 

ML : On n’est pas toujours dans notre propre vie. On est souvent dans les vies des autres. Je pense que de telles situations doivent arriver souvent. Nous ne sommes pas « formatés » pour être libres. Depuis qu’on est petits, on vous dit et vous répète qu’il faut penser aux autres.
MB : Est-ce une forme d’esclavage ? 

ML : On est toujours rattachés aux autres, aux enfants, à la famille. On est toujours esclaves de son entourage. Les gens vous aiment si vous faites des choses qui les arrangent. Et conditionner sa liberté est une forme d’égoïsme. Nous sommes là dans un piège de la vie, cela devient le mensonge quasi permanent.
MB : Pensez-vous que les hommes et femmes ont la même sensibilité en voyant ce film ? 

ML : Il n’y a aucune différence. Pour les hommes que j’ai vu, ils ont eu le même ressenti que les femmes.
MB : On peut vous imaginer passer derrière la caméra ? 

ML : Je ne peux pas, par manque de temps. Même si j’en avais le talent, je ne pourrais pas. A l’inverse, ce qui me plaît en étant Actrice, ce sont de nouvelles histoires, de nouvelles rencontres.
MB : On peut vous trouver dans différents rôles, lesquels préférez-vous ? 

ML : D’être Comédienne comique ne m’a pas gêné. Très vite, j’ai pris des risques pour d’autres comédies. C’est beaucoup plus difficile de faire rire.
MB : Vous avez produit un film aux Etats Unis, comment a t-il été accueilli ? 

ML : Ce film est l’adaptation du « Voisin du dessus ; The Neighbor ». Un film qui a très bien été accueilli aux Etat Unis. C’est l’histoire de deux personnes qui sont très éloignées, et qui vont avec le temps, se rapprocher.

Martina BERNARDI

 

 

 

laroque3