Pages Menu
TwitterRssFacebook
Categories Menu

Posted by on jan 26, 2014 in TOULON et ses environs |

Robert HOSSEIN

Robert HOSSEIN

Rencontre avec Robert HOSSEIN durant le Festival du Film de la Ciotat pour rendre hommage à son père, André HOSSEIN, Compositeur de Musique de films et nous parler de ses projets.

 

Robert HOSSEIN Portrait :

Comédien, metteur en scène, réalisateur, dialoguiste et scénariste.

Né d’un père compositeur et d’une mère pianiste.

Il débute au cinéma en 1948 dans « Le diable boiteux ».

On se souvient tous (et toutes !) de Geoffray de Peyrac dans la série cinématographique «Angélique », qui propulsa sa carrière de comédien emblematique.  Robert HOSSEIN poursuit sa carrière cinématographique.

En pleine ascension, en 1970, il dirige le « Théâtre Populaire de Reims ». L’école dramatique où les créations s’enchaînent. C’est lui qui insuffla la notoriété de cette école qui dénicha une poignée de jeunes talents aujourd’hui très connus comme Isabelle ADJANI.

Mais c’est aussi en signant de nombreuses mises en scènes au théâtre comme au cinéma qu’il excèle.

 

En 2000,  Robert HOSSEIN prend la Direction du Théâtre Marigny à Paris. Au Palais des Sports et Palais des Congrès à Paris, il ajoute aux spectacles, l’interactivité avec le public.

 

BEN HUR, le 22 Septembre au Stade de France à PARIS.

Ainsi, Robert HOSSEIN réalise son rêve d’enfance.

Combien de temps a nécessité la préparation de BEN HUR ? :

« Deux ans de préparation . Cela représente 160 000 persones avec des courses de chars et bien-sûr la participation du public ».

 

Nous restons toujours dans l’improvisation des scènes ? :

« On est incapable de connaître le déroulement durant 1 H ½ de spectacle. C’est le public qui fera le spectacle ».

 

Robert HOSSEIN tendre :

Lorsqu’il évoque son enfance, un foyer modeste d’immigrés russes.

Des parents humbles qui gardent toutes leur dignité et des petites phrases, comme celles de sa mère :

« Le jour où on se réunira dans l’espoir, on sera dans un autre monde »

Ou bien : « Apprend à écouter l’appel des autres ».

Toute sa vie, Robert HOSSEIN a su entendre l’appel des autres qui lui rendent bien.

 

Robert HOSSEIN émouvant :

Lorsque nous écoutons « Toi le Venin » en 1959  du roman de Frédéric DARD au cinéma avec Robert HOSSEIN, Marina VLADY et Odile VERSOIS.

Autre extrait en 1961 : « Le goût de la violence » et celui de 1967 : « J’ai tué Raspoutine ».

 

Robert HOSSEIN troublant :

Un jour, le fils de l’éditeur lui présente une musique de son père : « La Symphonie des Sables » née en 1944. Cette musique n’a jamais été jouée en public. Etonnant, Robert HOSSEIN explique que cette symphonie comprend douze mouvements qui correspondent parfaitement au déroulement du spectacle de BEN HUR. UNIVERSAL reprend la musique, Roberto ALAGNA chante et enregistre avec 80 Musiciens.

 

Pour notre rentrée 2006 ; Deux géants de la culture, le père et le fils HOSSEIN réunis pour le spectacle BEN HUR dont Robert a toujours rêvé depuis son enfance.

 

Martina BERNARDI

 

Robert HOSSEIN Photo